Histoire

L’ICRC est reconnaissant envers tous les individus qui ont fait des contributions substantielles et durables à sa réputation et aux programmes. Il nous est impossible de tous les nommer, toutefois certains ont servi l’ICRC dans des positions clés et ont participé à élever l’organisation à son statut actuel.

Directeurs fondateurs du conseil d'administration

En février 1988, les individus suivants ont joué un rôle important dans la formation de l’organisation qui s'intitule maintenant L'Institut canadien pour la résolution des conflits: Enest Tannis, Greg Kells, Maureen Morton, le docteur Kenneth Melchin et Robert P. Birt. Nous désirons les remercier pour leur vision et leur volonté de promouvoir, sensibiliser et offrir une façon non-violente de résoudre les conflits.

Les trois individus suivant méritent nos éloges pour leur contribution significative:

Ernest G. Tannis a collaboré en 1987 avec un groupe de citoyen dans le but d’établir un Centre de Résolution des disputes dans la région d’Ottawa-Carleton. L’intérêt manifesté lors de cette initiative a conduit à la fondation de l’Institut canadien pour la résolution de conflit, une organisation formée pour perfectionner la recherche et la formation en résolution de conflit. Il a joué un rôle important en sécurisant un octroi de la Fondation canadienne Donner et devint le directeur général de 1989-1992. Ernie a écrit son premier ouvrage au Canada portant sur "ADR Alternative Dispute Resolution That Work". Au fils des années, Ernie a été un travailleur acharné pour la gestion alternative des conflits et les causes sociales qui y sont reliées.

Robert P. Birt fut un directeur fondateur et a joué un rôle important dans le regroupement de personnes convaincantes et influentes pour former le conseil des gouverneurs de l’ICRC pour offrir une grande capacité de consultation et de crédibilité à l’organisation. Il a aussi servi un mandat comme président de l’ICRC de 1993-1996 et il a été un pionnier dans l'approche communautaire de la formation en résolution de conflits.

Vern Neufeld Redekop a été président de l’ICRC de 1996-2000. Sous son administration, l’ICRC a complété le développement de sa programmation de 160 heures, a étendu largement son implication dans les communautés locales, à travers le Canada et autour du monde. Vern a mené le développement de notre travail international au Rwanda, en Bosnie et Herzégovine, Indonésie et au Soudan. Il a aussi mis sur pied un programme de séminaires afin d’apporter une plus grande compréhension des causes, de l’impact des besoins identitaires et des conflits enracinés à l’intérieur des interventions communautaires. Vern est l’auteur du livre "From violence to Blessing How an understanding of deep-rooted conflict can open paths to reconciliation". Après avoir quitté l’ICRC Vern a été l’énergie derrière la création du programme de maîtrise en Études de Conflits offert à l’Université St-Paul.

L’ICRC est redevable à ces piliers et les remercie pour leur vision et leur engagement dans l’élaboration d'initiatives constructives et non-violentes pour résoudre les conflits.

Influence des premières nations

L’expérience de l’ICRC durant les évènements dramatiques en 1990 autour de la régions d’Akwesasne a agi comme catalyseur significatif pour la création du programme Tierce partie neutre (TPN).

La collaboration entre les Mohawks d’Akwesasne et l’ICRC afin de résoudre les différends a aussi contribué à la mise sur pied d’un centre de médiation autochtone nommé Skennen Kowa et consacré à la paix à Akwesasne.

De ce fait, ce centre de médiation qui se base sur le mélange de principes de la gestion informelle des conflits et de valeurs traditionnelles des Mohawks favorise la création d’un consensus à travers les cultures devant ce qui semble des attentes insurmontables. Le Centre associe les enseignements traditionnels des ainés et les pratiques habituelles tel que le processus du cercle, en prenant ce qu’il y a de favorable dans la résolution des conflits selon la civilisation occidentale. Ce modèle inspira l’ICRC dans ses propres théories, programmes et projets de résolution communautaire des conflits.

En reconnaissance de l’importance de l’engagement aborigène pour la création de ce programme, l’ICRC a nommé un conseiller ainé Angaangaq Lyberth. Il est respecté internationalement comme ainé Inuit pour les communautés indigènes de l’Arctique Circumpolaire, l'Amérique du Nord et du Sud et l’Europe. Il facilite la résolution communautaire des conflits, offre des services de médiation et est aussi guérisseur traditionnel se spécialisant dans le rétablissement de traumatisme culturel pour les survivants adultes d’abus infantiles.

À ce jour, la collaboration de l’ICRC avec les communautés aborigènes a pris plusieurs autres formes;

  • Depuis 2 ans l’ICRC est activement impliqué avec la communauté du Sioux Lookout en Ontario, par l’intermédiaire du projet REsolve. Le projet favorise la création d’une communauté de résolution de conflits.
  • Une communauté de Premières Nations a utilisé le processus TPN de l’ICRC pour leur modèle de justice réparatrice.
  • Le Forum Inuugatigiit a été inauguré par un diplômé de l’ICRC, se basant sur les principes du dialogue communautaire de l’ICRC.
  • L’ICRC offre des formations de sensibilisation culturelle en résolution de conflit à tout le personnel de l’hôpital Meno YA Win
  • Plusieurs autres engagements sur mesure ont été entrepris avec Ka:nen nos enfants, notre avenir, deux Centres d’amitié, la nation métisse de l’Ontario, le Centre Wabano pour la santé aborigène et la première nation de Matagami.

Partenariats

 
cjcu logo cmo logo macewanu icon USP logo usherbrooke icon AST Logo 2017 unb icon